ETAPE 1 : Nos ancêtres

Nos ancêtres

« Faisons l’éloge de ces hommes glorieux qui sont nos ancêtres. » Si 44, 1

Dans l’Écriture

« Faisons l’éloge de ces hommes glorieux qui sont nos ancêtres.

Le Seigneur a créé la gloire à profusion ; il manifeste sa grandeur depuis toujours.

C’étaient des souverains de royaumes, des hommes renommés pour leur puissance, des conseillers clairvoyants, des messagers de prophéties, des guides du peuple par leurs conseils, leur compétence à l’instruire et les sages paroles de leur enseignement.

Ils inventaient des chants mélodieux et mettaient par écrit des récits poétiques.

C’étaient des hommes riches et influents, qui vivaient, paisibles, dans leurs domaines.

Tous ceux-là ont connu la gloire en leur temps et, de leur vivant, ils ont été à l’honneur.

Il y en a, parmi eux, qui ont laissé un nom ; ainsi peut-on faire leur éloge.

Il y en a d’autres dont le souvenir s’est perdu ; ils sont morts, et c’est comme s’ils n’avaient jamais existé, c’est comme s’ils n’étaient jamais nés, et de même leurs enfants après eux. »

Si 44, 1-9

Méditation

La sage Ben Sira le sage fait mémoire de ces ancêtres qui se ont marqués l’histoire d’Israël. Il rappelle leur rôle et ce qu’ils ont laissé comme héritage. Il souhaite ainsi mettre en lumière ceux dont la vie s’est illustrée de manière positive. Tous ont contribué d’une manière pu d’une autre au renom d’Israël : par leur responsabilité dans les domaines politiques ou économiques, mais aussi dans la science et dans les arts. Les autres semblent totalement oubliés, comme s’ils n’avaient jamais existé.

Il serait tentant nous aussi de pouvoir ainsi écrire notre propre histoire en ne conservant que ce qui est digne d’éloge de la part de nos ancêtres. Mais, nous le savons aussi, toute histoire, si elle possède ses heures de gloire, porte aussi des zones de ténèbres.

Nous avons reçu notre vie de nos parents, nous n’avons choisi ni notre date de naissance, ni notre origine, ni notre physique. Nous avons appris une langue maternelle pour communiquer nous exprimer. Parfois, nous avons été dès le plus jeune âge baignés dans deux cultures et langues différentes en fonction de l’origine de nos parents. Nos parents eux-mêmes ont reçu leur vie de leurs parents et nous pouvons remonter ainsi dès l’origine. Notre vie se transmet et nous enracine dans une histoire. Nous héritons de ceux qui nous ont précédés et sommes mystérieusement solidaires de toutes les générations. Cet héritage vaut pour une nation, comme pour une communauté ou une famille. Le développement de la généalogie témoigne de l’intérêt pour co nnaître ses origines, découvrir le nom et l’histoire de ceux qui nous ont précédés. Ne rêvons pas d’une autre vie ou d’une autre histoire : c’est avec tout ce que nous sommes que Dieu nous appelle à accomplir pleinement notre vocation et nous en donne les moyens.

Mise en pratique

  • Mieux connaître ma famille et mes ancêtres : photos de famille, histoires, témoignages…
  • Prier pour ceux qui nous m’ont précédé : pourquoi pas demander une messe pour mes ancêtres.
  • Acceuillir avec joie tout ce que j’ai reçu et ce que je suis aujourd’hui : rendre grâce au Seigneur.

Chant :

NOUS TE RENDONS GRACE

  1. Nous te rendons grâce
    Pour tant de tendresse,
    Tu donnes l’eau vive
    Par ton cœur transpercé,
    Nous te bénissons
    Pour tant de merveilles,
    Tu donnes la vie, tu donnes l’Esprit.
  2. Dieu, c’est toi mon Dieu, c’est toi que je cherche,
    Toute ma chair après toi languit.
    Je veux ton amour pour guider ma vie,
    Mon âme a soif, a soif de toi.
  3. Mes lèvres diront sans fin ton éloge,
    Toute ma vie, je veux te bénir.
    Je veux à ton Nom élever les mains,
    Mon âme a soif, a soif de toi.
  4. Quand je songe à toi, quand j’espère en toi,
    Quand je t’appelle toujours tu réponds.
    Alors je jubile, en paix sous tes ailes,
    Mon âme a soif, a soif de toi.
  5. Et quand je te cherche, tu te laisses trouver,
    Rassasie-moi de ta présence.
    Je suis une terre altérée, sans eau,
    Mon âme a soif, a soif de toi.

Paroles et musique : C.-E. Hauguel D’après Ps 63 (62)
N° 01-43 © 1976, Éditions de l’Emmanuel, 89 boulevard Blanqui, 75013 Paris

https://open.spotify.com/track/5X11GSqdBOrjd0GTTWjg4L

Restons en contact, abonnez-vous à La Lettre de Saint-Saturnin :

saintsaturnin.org – Paroisse Catholique
Fabriqué avec à Antony (92)