Conf’ du 22 – Psaume 22 / Conférence n°1

Ecouter le conférence du Père Olivier Lebouteux
sur le Psaume 22 (21) :

Psaume 22 (21)

1 Au maître du chant. Sur « La biche de l’aurore ». Psaume. De David.
2 Mon Dieu (’el), mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? Loin de mon salut les mots de mon rugissement.
3 Mon Dieu (’elohîm), j’appelle de jour — et tu ne réponds pas — et de nuit — et pas de silence pour moi.
4 Et toi, le saint qui habites les louanges d’Israël,
5 en toi se fièrent nos pères, ils se fièrent et tu les délivras
6 vers toi ils crièrent et ils échappèrent, en toi ils se fièrent et ne furent pas confus.
7 Et moi, ver et non homme, honte des gens et méprisé du peuple,
8 tous ceux qui me voient se moquent de moi, écartent les lèvres et hochent la tête :
9 « Il se remet à ADONAÏ ? Qu’il le délivre Qu’il le libère, puisqu’il se plaît en lui ! »
10 Car toi qui me tiras du ventre, ma confiance sur les seins de ma mère,
11 sur toi je fus jeté [au sortir] de la matrice dès le ventre de ma mère, mon Dieu c’est toi.
12 Ne sois pas loin de moi car l’angoisse est proche — et pas de secours.
13 Me cernent des taureaux nombreux, des puissants de Bashân m’encerclent ;
14 ils ouvrent contre moi leur gueule, lion dévorant et rugissant.
15 Comme l’eau je me répands et se disloquent tous mes os ; mon cœur est comme la cire, il fond au milieu de mes viscères ;
16 sec comme un tesson mon palais, et ma langue collée à mes mâchoires. A poussière de mort tu me réduis.
17 Car me cernent des chiens, une bande de malfaisants m’entourent comme pour déchirer mes mains et mes pieds ;
18 je peux compter tous mes os. Eux regardent : ils me voient,
19 ils partagent mes vêtements pour eux, sur mon habit, ils jettent le sort.
20 Et toi, ADONAÏ ; ne sois pas loin, ma force, à mon secours, hâte-toi !
21 Libère de l’épée mon souffle ( = vie) de la main du chien mon unique.
22 Sauve-moi de la gueule du lion et des cornes des buffles. — Tu m’as répondu !
23 Je raconterai ton nom à mes frères, en pleine assemblée, je te louerai :
24 « Vous qui craignez ADONAÏ, louez-le ; toute la descendance de Jacob, glorifiez-le et tremblez devant lui, toute la descendance d’Israël
25 Car il n’a pas eu mépris ni dégoût de l’humiliation de l’humilié et il n’a pas caché sa face de lui, et quand il criait vers lui, il a entendu. »
26 D’auprès de toi ma louange en l’assemblée nombreuse ; mes vœux, je les accomplirai devant ceux qui le craignent :
27 « Que mangent les humiliés et se rassasient, que louent ADONAÏ ceux qui le cherchent, que vive votre cœur à jamais. »
28 Ils se souviendront et reviendront vers ADONAÏ ; tous les confins de la terre ; et elles se prosterneront devant toi toutes les familles des nations,
29 car à ADONAÏ la royauté et le domaine sur les nations.
30 Ils ont mangé et se sont prosternés tous les gras de la terre devant lui s’agenouillent tous ceux qui descendent en poussière : « Son souffle, vraiment, il l’a fait vivre ! »
31 Une descendance le servira, on racontera pour ADONAÏ à la génération qui vient,
32 ils rapporteront sa justice au peuple naissant, car il a agi.

Restons en contact, abonnez-vous à La Lettre de Saint-Saturnin :

saintsaturnin.org – Paroisse Catholique
Fabriqué avec à Antony (92)