Pâques : Dieu se révèle et Dieu nous sauve – Edito n°30

A la question «  qui est Dieu ? », la réponse est : « regardez le Crucifié, qui est mort et est désormais ressuscité. » A la question « qu’est-ce que le salut ? », la réponse est : « regardez le Crucifié, qui est mort et est désormais ressuscité ». Pâques est par excellence le mystère de la Révélation de Dieu. Mais Dieu ne se fait pas connaître à l’homme, en se plaçant simplement devant lui, comme une énigme qui se laisserait désormais approcher et éclairer par la lumière de la raison humaine. Dieu se fait connaître à l’homme en faisant entrer l’homme dans le propre mystère de sa vie, en faisant participer l’homme à sa propre vie. Voilà pourquoi nous pouvons dire : être sauvé et connaître Dieu, c’est la même chose. Parce que connaître Dieu, cela est possible, non de l’extérieur par la force de notre volonté et de notre intelligence qui pourraient enserrer Son mystère, mais de l’intérieur par l’agir de Dieu qui nous fait participer à la vie de son Fils et entrer dans la relation éternelle d’amour et de don qui existe entre Lui et son Fils. Autrement dit, Dieu se révèle et nous sauve en même temps ; Dieu se révèle et cette révélation s’opère en nous, parce que Dieu fait briller en nous sa propre gloire. Dieu se révèle et nous sauve encore aujourd’hui à Pâques en baptisant deux nouveaux adultes de notre paroisse, dont il  renouvelle la vie et en lesquels, comme en nous-mêmes, il fait briller son propre visage. Pour découvrir qui est Dieu et ce qu’est notre salut, il nous suffit alors de regarder ce que Dieu a opéré en ces deux nouveaux baptisés, et ce qu’il a opéré en nous dans le baptême.

A cela, tout le carême nous a préparés. En nous, par la grâce baptismale nouvelle ou renouvelée, Dieu est vainqueur de toute nos tentations et combats, et par l’infusion de son amour, il nous dispose au don de nous-mêmes (1er dimanche de carême) ; en nous, Jésus qui nous a marqués du sceau de son Esprit, fait resplendir la beauté de son visage lumineux (2ème dimanche de carême) ; en nous, Jésus, qui nous a plongés dans les eaux, fait jaillir une source d’eau vive, une source de vie et de joie, qui n’est rien d’autre que la propre source de son cœur transpercé, qui s’épanche dans nos cœurs de croyants (3ème dimanche de carême) ; en nous , le Christ fait resplendir sa lumière, démasquant le péché et nous en libérant, pour que nous puissions rendre le vrai culte à Dieu qui nous rend notre dignité (4ème dimanche de carême)  ; en nous, la vie du ressuscité fait revenir à la vie et renouvelle ce qui était usé, malade, abimé, fatigué, et nous rend à notre beauté première, nous ouvrant à l’espérance d’une vie bienheureuse (5ème dimanche de carême) ; en nous, le Christ fait retentir la louange des enfants qui acclament dans la joie le Vrai Roi (dimanche des rameaux) ; en nous, Jésus-Christ, le Fils de Dieu, sème les prémices de la vision céleste par le don de la foi (dimanche de Pâques).

Alors, Alléluia, c’est-à-dire, louez le Seigneur.  Alléluia. Chantons notre Dieu. Rendons-lui grâce, remercions-le. Dans la joie de Pâques, laissons enfin Sa lumière éclairer toute notre vie et lui faire porter en Lui du fruit pour la vie éternelle.

 Père Ambroise Riché

Restons en contact, abonnez-vous à La Lettre de Saint-Saturnin :

saintsaturnin.org – Paroisse Catholique
Fabriqué avec à Antony (92)