Un Cœur à aimer, un Cœur pour aimer – Edito 2018 n°36

Vendredi et Samedi derniers, l’Église a célébré respectivement la solennité du Sacré Cœur de Jésus et la mémoire du Cœur Immaculé de Marie. Il ne s’agit là ni d’une dévotion privée, ni d’une piété sentimentaliste, ni d’une mystique ésotérique. C’est de tous les chrétiens que sont réclamés l’amour et l’adoration du Sacré Cœur et la fervente dévotion au Cœur Immaculé de Marie.
Dans l’un comme dans l’autre cas, on parle très concrètement du cœur physique de Jésus et de Marie.

Sacré Cœur de Jésus, en qui s’est vécu et accompli le triple amour humain et divin qui nous sauve : Amour divin qui est la vie divine que le Fils de Dieu partage avec Son Père et l’Esprit-Saint, mais qui dans le Fils seul se manifeste dans son cœur humain puisqu’Il s’est fait homme. Amour infusé, charité, grâce, dont l’humanité de Jésus est remplie et par laquelle elle est sans cesse et de plus en plus élevée. Amour, affectivité propre de l’humanité de Jésus, qui a plus que tout autre homme aimé toute créature et s’est uni aux joies et souffrances de ses frères les hommes. Adorer ce cœur pour entrer dans la connaissance intime de Dieu, pour le laisser nous enseigner la voie de la perfection, le chemin le plus efficace pour incliner nos cœurs à son imitation. Sacré Cœur de Jésus qui nous révèle l’Amour de Dieu, et en qui Dieu se livre et s’expose pour être aimé.

Cœur Immaculé de Marie, tout uni au Sacré Cœur, oeuvre admirable façonné par l’Esprit-Saint qui est charité, Cœur en qui sont médités, inscrits et vivants tous les mystères de la vie du Christ. Coeur qui est parfaite réponse à l’Amour du Père par sa foi, son humilité et son obéissance. Cœur de la Mère de Dieu, Cœur de l’Église qui enfante des fils de Dieu, Cœur donné par la Mère à tous ses enfants pour leur apprendre à aimer Dieu.

Abbé Ambroise Riché