Menu

Ensemble, osons la solidarité – Edito 2017 n°14

La première université de la solidarité et de la diaconie s’est tenue à Lourdes du 30 octobre au 2 novembre 2017, dans le sanctuaire de la cité Saint-Pierre.La première université de la solidarité et de la diaconie s’est tenue à Lourdes du 30 octobre au 2 novembre 2017, dans le sanctuaire de la cité Saint-Pierre.

Ce temps de formation a réuni plus de 500 « étudiants » de tous âges et de tous horizons : hommes et femmes en situation de précarité et d’exclusion, évêques, prêtres, diacres et délégués diocésains à la diaconie, acteurs associatifs engagés auprès des personnes vivant dans la pauvreté.
Tous disent avoir vécu des moments intenses ensemble, leur procurant joies et découvertes mutuelles et parmi les fruits de ce temps de formation, quelques points sont à mettre en valeur :

  • En tant que baptisés, nous sommes tous frères et sœurs du Christ, chargés comme Il nous l’a montré d’être attentifs à notre prochain, à notre voisin. Cela ne peut pas être « sous-traité » à d’autres au motif qu’ils sont plus compétents.
  • L’Amour reçu du Père nous donne confiance. Cette confiance doit être partagée car elle génère alors à son tour de la confiance chez les personnes qui la reçoivent.
  • Dès que cela est possible, il est préférable de « faire avec » plutôt que de « faire pour ». L’implication des personnes en situation de fragilité dans la résolution de leurs soucis, dans la participation à notre vie d’église, à notre vie quotidienne est le plus souvent source de progrès et de joie.

Le temps de Noël dans lequel nous entrons maintenant nous invite à l’accueil du petit, du faible, du pauvre qui va naître dans une mangeoire ! Il nous invite aussi à ne pas fêter la naissance de Jésus seul et à ouvrir nos yeux et nos cœurs.

Comme l’an passé, les frères marianistes invitent chez eux à un réveillon de Noël le 24 décembre les personnes seules, isolées, en situation de précarité ou désireuses de partager un moment de fraternité. Les familles avec enfants de tous âges sont aussi les bienvenues. Il faudra mettre en commun ses ressources pour préparer et vivre ce beau moment qui proposera aussi la participation à la messe de Noël. Aussi dans la prochaine feuille paroissiale une annonce à ce sujet sera insérée pour savoir qui contacter.

A titre individuel ou familial, peut-être pouvons-nous aussi pour ce temps d’accueil et de fête être attentifs aux solitudes qui nous entourent directement, dans le pavillon ou l’appartement d’à côté, et proposer à l’un ou l’autre de nos voisins un temps de fête en commun le 24 ou le 25 décembre ?

Bon temps de l’Avent.

Que le Seigneur ouvre nos cœurs à l’accueil et à la joie.

Michel MARGUET, diacre