Liturgie

« La liturgie, sommet et source de la vie de l’Église »
SACROSANCTUM CONCILIUM

La liturgie se déploie tout au long de notre vie de chrétien, au cours des sacrements, de l’année liturgique et de ses temps forts. Chaque fois que l’Église célèbre la liturgie, elle annonce le Mystère Pascal du Christ. C’est par cette liturgie que le Christ continue, avec l’Église et par elle, l’oeuvre de rédemption. Acte communautaire, la liturgie implique la participation active de tous les membres du peuple de Dieu. C’est en elle que toute prière chrétienne trouve sa source et son sommet.

C’est la prière du Peuple de Dieu, qui nous invite tous à participer activement de façon consciente et fructueuse, mais elle est aussi oeuvre du Christ tout entier, Tête et Corps.

L’Equipe Liturgique Saint Saturnin / Sainte Odile

Sur Saint-Saturnin/Sainte-Odile l’Equipe Liturgique se compose de 3 groupes de service :

  • la coordination
  • la sacristie
  • l’animation des chants/musique

qui travaillent ensemble à l’élaboration des célébrations liturgiques du dimanche et des temps forts de l’année liturgique.

Servir à la liturgie

Nous avons la chance sur Saint Saturnin et Sainte Odile d’avoir de nombreuses messes et célébrations. Mais pour cela il est important d’avoir suffisamment de personnes au service.

Alors n’hésitez pas à nous rejoindre pour participer vous aussi selon vos talents et le temps dont vous disposez.

Contact : olivier@mordefroid.com ou via le formulaire de contact du site


Voir le site de la liturgie et des sacrements de la CEF :


Aller plus loin dans la liturgie

L’esprit de la liturgie (avril 2012)

« La liturgie est le culte public rendu à Dieu par l’assemblée des fidèles unie au Christ mystérieusement présent en son sein », déclare le Concile Vatican II. Que mettre sous cette définition ? La Foi prise au mot vous propose de vous pencher sur l’Esprit de la liturgie pour restituer ce qu’elle contient et enfin dépasser les querelles de rites et de langues. Pour discuter sur ce thème passionnant, Régis Burnet reçoit Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron et membre de la Communauté Saint-Martin qui vient de publier « La Liturgie de l’Esprit » aux éditions Artège et le père André Gouzes, dominicain, compositeur de la Liturgie chorale du peuple de Dieu et Directeur du Centre de formation à la liturgie et au chant sacré de l’Abbaye de Sylvanès dans l’Aveyron, qu’il a restaurée.
La Foi prise au Mot du 29/04/2012.

Constitution Sacrosanctum Concilium
– Vatican II (4 décembre 1963) :

Préambule

1. Puisque le saint Concile se propose de faire progresser la vie chrétienne de jour en jour chez les fidèles ; de mieux adapter aux nécessités de notre époque celles des institutions qui sont sujettes à des changements ; de favoriser tout ce qui peut contribuer à l’union de tous ceux qui croient au Christ, et de fortifier tout ce qui concourt à appeler tous les hommes dans le sein de l’Église, il estime qu’il lui revient à un titre particulier de veiller aussi à la restauration et au progrès de la liturgie.

Lire le texte Sacrosanctum conciliumsur le site du Vatican

Lettre apostolique Vicesimus Quintus Annus
– Jean-Paul II (4 décembre 1988) :

1. Vingt-cinq années se sont écoulées depuis que, le 4 décembre 1963, le Souverain Pontife Paul VI promulguait la Constitution Sacrosanctum Concilium sur la sainte liturgie, que les Pères du deuxième Concile du Vatican, rassemblés dans l’Esprit-Saint, venaient d’approuver (1). Ce fut un événement mémorable à plus d’un titre. Il était, en effet, le premier fruit du Concile voulu par Jean XXIII pour l’“aggiornamento ” de l’Église; il avait été préparé par un large mouvement liturgique et pastoral, il était porteur d’espérance de vie et de renouveau pour l’Église. En effectuant la réforme de la liturgie, le Concile réalisait, à un titre tout à fait particulier, le but fondamental qu’il s’était proposé : “ Faire progresser la vie chrétienne de jour en jour chez les fidèles ; mieux adapter aux nécessités de notre époque celles des institutions qui sont sujettes à des changements; favoriser tout ce qui peut contribuer à l’union de tous ceux qui croient au Christ ; fortifier tout ce qui concourt à appeler tous les hommes dans le sein de l’Église (2). ”

[…] Après un quart de siècle, au cours duquel l’Église et la société ont connu des mutations profondes et rapides, il est opportun de mettre en lumière l’importance de cette Constitution conciliaire, son actualité devant l’apparition de problèmes nouveaux et la valeur permanente de ses principes.

Lire le texte Vicesimus quintus annussur le site du Vatican

Lettre apostolique en forme de « Motu proprio » Summorum Pontificum
– Benoît XVI sur la liturgie romaine antérieure à la réforme de 1970 (7 juillet 2007) :

Début

Les Souverains Pontifes ont toujours veillé jusqu’à nos jours à ce que l’Église du Christ offre à la divine Majesté un culte digne, « à la louange et à la gloire de son nom » et « pour le bien de toute la sainte Église ».

Depuis des temps immémoriaux et aussi à l’avenir, le principe à observer est que « chaque Église particulière doit être en accord avec l’Église universelle, non seulement quant à la doctrine de la foi et aux signes sacramentels, mais aussi quant aux usages reçu universellement de la tradition apostolique ininterrompue, qui sont à observer non seulement pour éviter des erreurs, mais pour transmettre l’intégrité de la foi, parce que la lex orandi de l’Église correspond à sa lex credenti ».

Lire le texte Summorum Pontificumsur le site du Vatican

Présentation Générale du Missel Romain (mars 2003) :

1. Alors qu´il allait célébrer avec ses disciples le repas pascal où il institua le sacrifice de son Corps et de son Sang, le Christ Seigneur ordonna de préparer une grande salle aménagée (Lc 22, 12). L´Église a toujours estimé que cet ordre la concernait, en ce qu´il réglait la disposition des esprits, des lieux, des rites et des textes relatifs à la célébration de la sainte Eucharistie. De même, les règles d´aujourd´hui qui ont été prescrites en s´appuyant sur la volonté du IIe concile oecuménique du Vatican et le nouveau Missel que l´Église de rite romain utilisera désormais pour célébrer la messe prouvent cette attention de l´Église, sa foi et son amour inchangés envers ce plus grand des mystères qu’est l’Eucharistie, et témoignent de sa tradition continue et ininterrompue, quelles que soient les nouveautés qui y ont été introduites.

Lire le texte de la Présentation Générale du Missel Romainsur le site du Vatican

Exhortation apostolique post-synodale Sacramentum Caritatis
– Benoît XVI (13 mars 2007)

Introduction

1. Sacrement de l’amour, (1) la sainte Eucharistie est le don que Jésus Christ fait de lui-même, nous révélant l’amour infini de Dieu pour tout homme. Dans cet admirable Sacrement se manifeste l’amour « le plus grand », celui qui pousse « à donner sa vie pour ses amis » (Jn 15, 13). En effet, Jésus « les aima jusqu’au bout » (Jn 13, 1). Par cette expression, l’Évangéliste introduit le geste d’humilité infinie accompli par Jésus: avant de mourir pour nous sur la croix, se nouant un linge à la ceinture, il lave les pieds de ses disciples. De la même manière, dans le Sacrement de l’Eucharistie, Jésus continue de nous aimer « jusqu’au bout », jusqu’au don de son corps et de son sang. Quel émerveillement dut saisir le cœur des disciples face aux gestes et aux paroles du Seigneur au cours de la Cène! Quelle merveille doit susciter aussi dans notre cœur le Mystère eucharistique!

Lire le texte Sacramentum Caritatissur le site du Vatican

Enseignements sur la Liturgie du Pape François (mars 2013)

Liturgie et beauté  Lire ce texte sur le site du Vatican

Liturgie et vie  Lire ce texte sur le site du Vatican